Menu

+33 ... (à venir)

+33 ... (à venir)

Bal des malfaiteur.ses

 

28-29 JUIN 2019 : GRAND BAL DES MALFAITEUR.SES À LA PAROLE ERRANTE ! (MONTREUIL)

Il y avoit là tant de jouvencels que de vieillards,
et tant fameux noceurs que graves philosophes,
et tous disoient à part eux :
« si malfaiteurs sont, alors certes le sommes aussi ! »
(– Premier appel à organiser des ‘bals des malfaiteurs’ 26/10/18)

**************************************************************

Samedi 29 juin, les différents soutiens franciliens de la lutte antinucléaire de Bure t’invitent à un grand ‘Bal des Malfaiteurs’ pour se rencontrer, danser, et ne pas oublier de se serrer les coudes face à la répression. Prends tes paillettes et tes jolis souliers, tes masques et autres joyeuses facéties, et entre dans la ronde : la Parole Errante n’attend plus que toi ! Au programme : projection, discussions, lectures, cantine, bar, bal masqué, théâtre, concerts…

INFOS PRATIQUES :

Lieu : La Parole Errante, 9 rue François Debergue, Montreuil

Programme des réjouissances :

Vendredi 28 juin : pré-soirée !

20h : ouverture des portes et du bar
20h30 : projection de courts-métrage
21h00 : projection du film « Un héritage empoisonné » d’Isabelle
Masson-Loodts, et discussion avec la réalisatrice.
23h30 (environ) : fermeture

Samedi 29 juin : le bal des malfaiteurs !

À partir de 14h00 (ouverture des portes) :

Discussion : « La société nucléaire entre fabrique du consentement
et répression »
Lectures : « Nous étions debout et nous ne le savions pas » de (et par) Catherine Zambon
Ateliers : masques pour le bal, antipub, cartes postales,
sérigraphies (ramène ton t-shirt!)
Infokiosques : antirep, antinuk, et pas que !
Et aussi un free-shop, des bars avec et sans alcool, des crêpes… et plein d’autre activités chouettes !

À partir de 19h00 :

Cantine à prix libre, four à pizza et bar toute la soirée
(19h) Chants sauvages + Davay Priol quartet (Fest’Noz breton). On essaie d’organiser une initiation à quelques danses dans l’heure qui précède : affaire à suivre !
(21h) Méduses, la mort dans les yeux (trapèze, projection en super 8 et musiques électroniques)
(22h30) Malade[s] (voyage sidéral)
(23h30) DJ Panpan (live-set acid kuduro)
Fin du bal à 1h du matin !

Contacts, propositions, coups de main :

– baldesmalfaiteurs-montreuil (at) riseup.net

Plus d’infos du la lutte de Bure et l’association de malfaiteurs :

– Automedia : bureburebure.info / Tw : @ZIRAdies / FB : Bure à Cuire le Retour

– Blog de soutien : noussommestousdesmalfaiteurs.noblogs.org

*********************************************

Pourquoi un ‘bal des malfaiteurs’ ?

De l’expulsion de la ZAD aux manifs Gilets Jaunes, et de Bure à Briançon en passant par les émeutes du G20, on peut dire que le mot de « répression » aura été sur toutes les lèvres cette année. On se rassure comme on peut en se disant que l’époque est au moins aussi révolutionnaire qu’elle est autoritaire : partout ça bouge et ça gronde. Mais chemin faisant aussi, maintien de l’ordre, tribunaux et contrôles judiciaires amputent des corps, broient des vies, mutilent des amitiés…

Bure et son projet de stockage nucléaire ont leur petite place à part dans le tableau : celle d’un laboratoire répressif à grande échelle. Avec un dossier de 11 000 pages pour « association de malfaiteurs », ce n’est pas seulement d’une affaire bien circonscrite, mais de la criminalisation de tout un mouvement, vieux de 25 ans, qu’il s’agit. Les moyens mis en œuvre, hérités des lois sécuritaires post-attentats, sont colossaux : cellule policière dédiée, écoutes systématiques, imsi-catchers, filatures, perquisitions à répétition, gardes-à-vue de 76h, balisage de voitures… Sept personnes mises en examen, placées sous contrôle judiciaire en attendant leur procès, ont désormais interdiction d’entrer en contact les unes avec les autres pour une durée indéterminée. Organiser ce bal, c’est aussi leur dire qu’elles ne sont pas seules.

Faire front commun contre les répressions cela peut vouloir dire d’abord se retrouver des attaches quand on veut nous atomiser : se rencontrer quand on veut nous isoler, se prendre par la main quand on veut nous séparer. D’où l’idée de la ronde et du bal : pour ne pas se lâcher ni laisser personne derrière ! L’argent récolté ira à l’association Cacendr (antirep de Bure).

DE BURE À MONTREUIL, NOUS SOMMES TOUS ET TOUTES DES MALFAITEURS !