Menu

+33 ... (à venir)

+33 ... (à venir)

Calendar

Juin
22
ven
2018
22/06 – Verdun : soirée discussion-projection pour le nouveau collectif ! @ Centre social Pauline Kergomard
Juin 22 @ 22 h 00 min – 23 h 45 min

Le 22 juin, le collectif Verdun Stop Nucléaire organise sa première soirée d’information et de présentation !

En Meuse, à Bure, l’ANDRA a prévu d’enfouir pour 100 000 ans les déchets nucléaires les plus dangereux. Depuis les débuts de ce projet fou, la résistance s’organise et nous sommes chaque jour plus nombreux et nombreuses pour refuser que nos campagnes deviennent leur décharge nucléaire !

Ainsi, un nouveau collectif verdunois s’est crée en soutien à cette lutte. Nous vous invitons à sa première soirée d’information et de présentation ! On projettera deux petits films qui racontent la lutte contre ce projet absurde : « Bure : tous n’ont pas dit oui » et « Bure : été 2016 – automne 2017 ».

Ce sera le vendredi 22 juin, à 20h, au Centre Social Pauline Kergomard, 9 rue Jean Pache à Verdun.

Venez nombreux et nombreuses !

Juil
4
mer
2018
04/07 – Chabeuil (26) : Conférence gesticulée auto-stop Bure à l’Arrosoir @ Coopérative Court-Circuit
Juil 4 @ 18 h 00 min – 20 h 45 min

Pourquoi cette conférence ? Le nucléaire a beau être la fierté française, le sujet n’est en pas moins tabou. C’est un sujet qui semble d’un 1er abord réservé aux spécialistes.
Alors comment peut-on refuser un projet d’enfouissement de déchets nucléaires et réussir à faire entendre sa voix quand on n’a pas le titre d’«expert.e» ?
Quelle légitimité ai-je à m’opposer au nucléaire si je ne suis pas scientifique ?
Souvent l’on m’a demandé ce que je « faisais » dans la vie, Et souvent j’ai eu du mal à répondre à cette question. Cette question on vous la pose souvent en stop, par exemple. Ce qui est très agréable, d’ailleurs, de voir que l’autre s’intéresse à ce que vous faites. Mais si je réponds : « je milite contre le nucléaire. », il faut en face que je sois capable d’expliquer ce choix.
Le nucléaire ça me fait peur. Mais l’arrêt du nucléaire fait bien plus peur à beaucoup plus de personnes, car il est associé dans l’imaginaire collectif à un retour en arrière, à l’époque de nos grands-parents qui n’avaient pas l’électricité.
Aussi, longtemps j’ai cru que mes arguments devaient être basés sur des chiffres, des faits précis. Mais ce n’est pas avec des chiffres et des hypothèses scientifiques que j’ai envie de parler du nucléaire. J’ai envie d’en parler avec ce que je ressens, avec la colère qui m’anime quand je comprends tout ce qu’implique la logique nucléaire : exploitation des sols et des personnes dans les mines d’uranium, pollution, corruption, … Avec la tristesse que je peux ressentir aussi, et aussi avec ce sentiment d’injustice, et celui de ne pas pouvoir être écoutée.
La conférence gesticulée permet tout ça. Elle permet d’apporter des savoirs froids, les chiffres et les faits que j’ai appris, et des savoirs chauds, ce que ça me fait en moi, comment ça me fait réagir, comment toutes ces informations que je reçois me font gesticuler.
Partant de mon histoire personnelle, et de comment un jour, j’ai eu envie de venir faire vivre la maison de résistance de Bure, j’en arrive, petit-à-petit, à comment je me sens l’envie aujourd’hui de parler de tout ça, et de manière plus générale, de la force de nos témoignages.

Contact – Marie Béduneau – mariebedu [at] gmail.com – 06 11 32 38 74

Août
12
dim
2018
12/08 – Grenoble : Conférence gesticulée auto-stop Bure au Festival « À la Bastille ! » @ salle Dutrievoz
Août 12 @ 21 h 00 min – 23 h 45 min

Pourquoi cette conférence ? Le nucléaire a beau être la fierté française, le sujet n’est en pas moins tabou. C’est un sujet qui semble d’un 1er abord réservé aux spécialistes.
Alors comment peut-on refuser un projet d’enfouissement de déchets nucléaires et réussir à faire entendre sa voix quand on n’a pas le titre d’«expert.e» ?
Quelle légitimité ai-je à m’opposer au nucléaire si je ne suis pas scientifique ?
Souvent l’on m’a demandé ce que je « faisais » dans la vie, Et souvent j’ai eu du mal à répondre à cette question. Cette question on vous la pose souvent en stop, par exemple. Ce qui est très agréable, d’ailleurs, de voir que l’autre s’intéresse à ce que vous faites. Mais si je réponds : « je milite contre le nucléaire. », il faut en face que je sois capable d’expliquer ce choix.
Le nucléaire ça me fait peur. Mais l’arrêt du nucléaire fait bien plus peur à beaucoup plus de personnes, car il est associé dans l’imaginaire collectif à un retour en arrière, à l’époque de nos grands-parents qui n’avaient pas l’électricité.
Aussi, longtemps j’ai cru que mes arguments devaient être basés sur des chiffres, des faits précis. Mais ce n’est pas avec des chiffres et des hypothèses scientifiques que j’ai envie de parler du nucléaire. J’ai envie d’en parler avec ce que je ressens, avec la colère qui m’anime quand je comprends tout ce qu’implique la logique nucléaire : exploitation des sols et des personnes dans les mines d’uranium, pollution, corruption, … Avec la tristesse que je peux ressentir aussi, et aussi avec ce sentiment d’injustice, et celui de ne pas pouvoir être écoutée.
La conférence gesticulée permet tout ça. Elle permet d’apporter des savoirs froids, les chiffres et les faits que j’ai appris, et des savoirs chauds, ce que ça me fait en moi, comment ça me fait réagir, comment toutes ces informations que je reçois me font gesticuler.
Partant de mon histoire personnelle, et de comment un jour, j’ai eu envie de venir faire vivre la maison de résistance de Bure, j’en arrive, petit-à-petit, à comment je me sens l’envie aujourd’hui de parler de tout ça, et de manière plus générale, de la force de nos témoignages.

Contact – Marie Béduneau – mariebedu [at] gmail.com – 06 11 32 38 74

12/08 – Grenoble : Conférence gesticulée auto-stop Bure au Festival « À la Bastille ! » @ salle Dutrievoz
Août 12 @ 21 h 00 min – 23 h 45 min

Pourquoi cette conférence ? Le nucléaire a beau être la fierté française, le sujet n’est en pas moins tabou. C’est un sujet qui semble d’un 1er abord réservé aux spécialistes.
Alors comment peut-on refuser un projet d’enfouissement de déchets nucléaires et réussir à faire entendre sa voix quand on n’a pas le titre d’«expert.e» ?
Quelle légitimité ai-je à m’opposer au nucléaire si je ne suis pas scientifique ?
Souvent l’on m’a demandé ce que je « faisais » dans la vie, Et souvent j’ai eu du mal à répondre à cette question. Cette question on vous la pose souvent en stop, par exemple. Ce qui est très agréable, d’ailleurs, de voir que l’autre s’intéresse à ce que vous faites. Mais si je réponds : « je milite contre le nucléaire. », il faut en face que je sois capable d’expliquer ce choix.
Le nucléaire ça me fait peur. Mais l’arrêt du nucléaire fait bien plus peur à beaucoup plus de personnes, car il est associé dans l’imaginaire collectif à un retour en arrière, à l’époque de nos grands-parents qui n’avaient pas l’électricité.
Aussi, longtemps j’ai cru que mes arguments devaient être basés sur des chiffres, des faits précis. Mais ce n’est pas avec des chiffres et des hypothèses scientifiques que j’ai envie de parler du nucléaire. J’ai envie d’en parler avec ce que je ressens, avec la colère qui m’anime quand je comprends tout ce qu’implique la logique nucléaire : exploitation des sols et des personnes dans les mines d’uranium, pollution, corruption, … Avec la tristesse que je peux ressentir aussi, et aussi avec ce sentiment d’injustice, et celui de ne pas pouvoir être écoutée.
La conférence gesticulée permet tout ça. Elle permet d’apporter des savoirs froids, les chiffres et les faits que j’ai appris, et des savoirs chauds, ce que ça me fait en moi, comment ça me fait réagir, comment toutes ces informations que je reçois me font gesticuler.
Partant de mon histoire personnelle, et de comment un jour, j’ai eu envie de venir faire vivre la maison de résistance de Bure, j’en arrive, petit-à-petit, à comment je me sens l’envie aujourd’hui de parler de tout ça, et de manière plus générale, de la force de nos témoignages.

Contact – Marie Béduneau – mariebedu [at] gmail.com – 06 11 32 38 74

Sep
14
ven
2018
14/09 – Belfort : Conférence gesticulée auto-stop Bure au Bar Atteint @ Bar Atteint
Sep 14 @ 21 h 00 min

Pourquoi cette conférence ? Le nucléaire a beau être la fierté française, le sujet n’est en pas moins tabou. C’est un sujet qui semble d’un 1er abord réservé aux spécialistes.
Alors comment peut-on refuser un projet d’enfouissement de déchets nucléaires et réussir à faire entendre sa voix quand on n’a pas le titre d’«expert.e» ?
Quelle légitimité ai-je à m’opposer au nucléaire si je ne suis pas scientifique ?
Souvent l’on m’a demandé ce que je « faisais » dans la vie, Et souvent j’ai eu du mal à répondre à cette question. Cette question on vous la pose souvent en stop, par exemple. Ce qui est très agréable, d’ailleurs, de voir que l’autre s’intéresse à ce que vous faites. Mais si je réponds : « je milite contre le nucléaire. », il faut en face que je sois capable d’expliquer ce choix.
Le nucléaire ça me fait peur. Mais l’arrêt du nucléaire fait bien plus peur à beaucoup plus de personnes, car il est associé dans l’imaginaire collectif à un retour en arrière, à l’époque de nos grands-parents qui n’avaient pas l’électricité.
Aussi, longtemps j’ai cru que mes arguments devaient être basés sur des chiffres, des faits précis. Mais ce n’est pas avec des chiffres et des hypothèses scientifiques que j’ai envie de parler du nucléaire. J’ai envie d’en parler avec ce que je ressens, avec la colère qui m’anime quand je comprends tout ce qu’implique la logique nucléaire : exploitation des sols et des personnes dans les mines d’uranium, pollution, corruption, … Avec la tristesse que je peux ressentir aussi, et aussi avec ce sentiment d’injustice, et celui de ne pas pouvoir être écoutée.
La conférence gesticulée permet tout ça. Elle permet d’apporter des savoirs froids, les chiffres et les faits que j’ai appris, et des savoirs chauds, ce que ça me fait en moi, comment ça me fait réagir, comment toutes ces informations que je reçois me font gesticuler.
Partant de mon histoire personnelle, et de comment un jour, j’ai eu envie de venir faire vivre la maison de résistance de Bure, j’en arrive, petit-à-petit, à comment je me sens l’envie aujourd’hui de parler de tout ça, et de manière plus générale, de la force de nos témoignages.

Contact – Marie Béduneau – mariebedu [at] gmail.com – 06 11 32 38 74