Menu

+33 ... (à venir)

+33 ... (à venir)

18/05 : Cabane dans les arbres à Paris !

0 Comment


COMMUNIQUE DE PRESSE

Aujourd’hui vendredi 18 mai 2018 la forêt s’invite en ville pour dire non aux projets d’enfouissement en couche géologique profonde de déchets nucléaires à Bure dans la Meuse, la Haute-Marne et ailleurs.

Des militan-tes sont installées dans un arbre en face du 10 boulevard Bonne Nouvelle, dans le 10eme arrondissement de Paris. Un rassemblement de quarante personnes est actuellement en cours et les militant-es appellent à les rejoindre.

Cette action s’inscrit dans le cadre d’un appel transnational [1] appelant à construire des cabanes dans les arbres de toutes les villes afin de :
– rappeler notre solidarité avec les habitant-e-s du bois Lejuc expulsé-e-s le 22 février dernier et dénoncer la répression policière et judiciaire actuellement en cours ;
– interpeler contre ce projet meutrier d’enfouissement qu’est CIGEO au-delà de Bure, la Meuse et la Haute-Marne. C’est un problème national qui requiert l’attention de toutes et tous ;
– appeler à converger le 16 juin prochain à Bar-le-Duc pour une grande journée de mobilisation [2].

Les opposant-e-s sont installé-es au 10 boulevard Bonne Nouvelle, à l’adresse de l’agence Usbek & Rica. Cette agence co-publie avec l’ANDRA [3] des articles portant un faux regard critique et scientifique. Les opposant-es à CIGEO dénonce la participation de cette agence de communication, et son équipe de prétendus journalistes, à la propagande du lobby nucléaire, loin, par là, de remplir son rôle d’information. Les opposant-es rappellent qu’il est en jeu le choix ou non d’une société capitaliste qui, au nom d’un confort électrique d’une partie de la population pour quelques dizaines d’années, condamne les « générations
futures » à co-habiter avec ces déchets radioactifs exposées continuellement aux risques d’accidents nucléaires.

Le message est clair : la répression policière et judiciaire de l’État nucléaire contre les militant-e-s et habitant-es de Meuse et de Haute-Marne doit cesser et la lutte à Bure doit enfin devenir un sujet national et même international. Ce projet de poubelle nucléaire ne se
fera ni ici, ni ailleurs car il n’y a aucune solution au problème des déchets radioactifs tant qu’il y n’y aura pas un arrêt total de la production.

Soyons nombreux-ses à converger vers Bar-le-Duc le 16 juin 2018 [2] pour la grande journée de mobilisation contre la poubelle nucléaire. Il s’agira alors de répondre aux démonstrations d’autorité de l’Etat par une démonstration de notre détermination infaillible.

Soyons nombreux-ses à nous mobiliser partout pour soutenir la lutte à Bure contre CIGEO et son monde !

Des participant-es de cette action, opposant-es au projet de poubelle nucléaire

[1] https://vmc.camp/2018/05/02/appel-a-action-le-18-mai/
[2] http://16juin2018.info/2018/04/16/pourquoi-ce-16-juin-2018/
[3] Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs

Contexte de la lutte à Bure :

Dans la Meuse et la Haute Marne, l’État cherche depuis plus de 20 ans à creuser sa poubelle atomique à coups d’intimidations. Des élu.e.s acceptent le projet en échange de subventions supplémentaires (déjà 1Milliard € distribué sur place alors qu’il n’y a encore aucun déchet
radioactf). L’Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA) se drape de technicité et de science mais des rapports et des contre-enquêtes ont dévoilé les faiblesses et mensonges du projet de stockage souterrain CIGEO !

Depuis juin 2016, une forêt (le bois Lejuc) était libérée de l’emprise de l’ANDRA, cherchant à y creuser ses premiers puits et à ériger un mur de béton sans autorisation. Ce mur a été abatu par les opposant.e.s en août 2016 lors d’une action de sabotage collectif légitime et
revendiquée comme telle. Le 22 février 2018, les « hiboux », résistant.e.s qui vivaient depuis avec les arbres, ont été violemment expulsé.e.s. Le territoire est actuellement sous occupaton militaire : brutalités et surveillance policière permanente des habitant.e.s, perquisitons à grand spectacle, condamnations pénales de nombreux opposant.e.s… Mais cela
n’a fait que renforcer la déterminaton de toutes celles et ceux qui luttent pour qu’on enterre au plus vite ce projet CIGEO fomenté par l’ANDRA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *